Test

jeudi 25 février 2016

Réduire ses déchets : 15 trucs simples pour se lancer

Quand on vit déjà dans une optique de réduction des déchets depuis un certains temps, il y a des choses qui nous semblent évidentes, mais qui ne le sont pas toujours quand on veut se lancer. Il y a des habitudes (et des croyances) tellement bien ancrées qu'il nous est impossible d'imaginer que des alternatives existent, surtout en matière d'hygiène, où jetable est systématiquement associé à propre et hygiénique, tandis que le lavable est sale et véhicule les germes plus facilement (et en plus, il faut ensuite nettoyer ses miasmes, beurk).
Si le "Zéro déchet" fait aujourd'hui de plus en plus d'adeptes, il peut sembler difficile à atteindre et décourager les débutants avant même d'avoir commencé. Par où commencer ? Que faire ? Je n'ai pas les moyens techniques, ni le temps, ni... stop ! Réduire ses déchets, c'est important, indispensable à mes yeux, mais ça ne doit pas être une corvée ou une source d'angoisse. Réduire ses déchets, c'est très simple. Il suffit d'y aller par étapes, selon ses possibilités, ses envies et ses habitudes, et puis un jour, on se lève et on se rend compte que, si on n'est pas encore parfait, on a fait un sacré bout de chemin. Et c'est là qu'on a envie d'aller encore plus loin !
Bref, tout ça pour dire que se lancer dans l'aventure zéro déchet, ou du moins réduire ses déchets, il n'y a rien de plus simple. Et peu importe la quantité de gestes qu'on fait : chaque geste, le plus modeste soit-il, compte. Voici quelques petits exemples.

A la maison

  • Refuser les publicités dans la boîte aux lettres, soit en y apposant un autocollant "stop pub", soit en écrivant tout simplement "pas de pub" sur une étiquette. Tous les supports sont valables.
  • Dématérialiser ses documents : aujourd'hui, tous les services proposent cette possibilité : facture d'eau, d'électricité, de téléphone, relevés bancaires, avis d'imposition... Il suffit de souscrire à l'option, toujours gratuite, sur le site internet correspondant. Tu peux ensuite consulter tes documents directement sur le site, qui doit les stocker pendant la durée légale de conservation, ou les sauvegarder sur ton ordinateur. Non seulement ça fait une enveloppe de moins à jeter à chaque fois, mais en plus ça te fait gagner une place considérable.
  • De la même manière, on peut dématérialiser ses paiements : soit en payant ses factures en ligne, soit en souscrivant au prélèvement automatique, qui est souvent proposé par les services sus-cités, et qui est très pratique (pas besoin d'y penser) et très sécurisé. Non seulement tu n'as pas de chèque à faire, mais en plus tu économises une enveloppe et un timbre à chaque fois. Gain d'argent et de temps !
  • Demander à ne plus recevoir l'annuaire papier. Si, tu sais, cette chose hyper encombrante que tu reçois tous les ans et que, soit tu mets directement à la poubelle, soit tu stockes, sans même le déballer, jusqu'à ce que celui de l'année suivante le remplace. Parce que sincèrement, qui, à part Mamie Jacqueline, ouvre encore l'annuaire ? C'est tellement plus simple de chercher sur le site internet ou l'appli... Bref, je ne sais pas comment ça fonctionne dans les autres pays francophones, mais en France, c'est très simple (à condition de ne pas être sur liste rouge et de ne pas vivre dans un lieu-dit où trois autres foyers ont exactement la même adresse que toi...) : tu te connectes sur le site des Pages Jaunes et tu cliques sur "Recevoir / ne plus recevoir les annuaires imprimés" (je suis sympa, je te mets le lien direct). Et ensuite, tu n'as plus qu'à suivre les instructions.

Dans la salle de bains

  • Oublier les cotons jetables et utiliser leurs alternatives lavables. C'est le tout premier pas que j'ai fait en matière de réduction des déchets, et ça fait maintenant plusieurs années qu'ils ne me quittent plus. Tu peux les fabriquer toi-même, mais il existe aussi plein de solutions toutes prêtes très sympa et dans diverses matières pour satisfaire toutes les exigences en matière de texture : les lingettes démaquillantes Lamazuna, les carrés démaquillants Les Tendances d'Emma, etc. Pour aller plus loin, tu peux également abandonner les cotons-tiges et passer au cure-oreilles réutilisable.
  • Passer aux cosmétiques solides, qui nécessitent moins d'emballages et durent plus longtemps : déodorant, savon, shampooing, dentifrice...
  • Le truc qui crée pas mal de blocages, et qui pourtant est très facile à adopter une fois qu'on a trouvé la formule qui nous convient : les protections intimes réutilisables. J'utilise personnellement des serviettes lavables, et pour rien au monde je ne reviendrais à leurs homologues en plastique pleines de cochonneries, et tu as peut-être déjà entendu parler de la cup menstruelle, que je n'ai jamais testé mais qui fait beaucoup d'heureuses.
  • Utiliser des mouchoirs en tissu : là, j'avoue, je bloque encore dessus. J'ai récupéré plein de jolis mouchoirs, ils m'attendent impatiemment, mais je n'y arrive pas encore : l'image de mes déjections nasales collées sur mes pulls après leur passage en machine me poursuit - idiot, je sais. Mais j'y travaille.

Les courses et le ménage

  • Fabriquer sa propre lessive liquide avec des pains de savon de Marseille : écologique, et hyper économique ! Et je compte bientôt me lancer dans des tests impliquant du liquide vaisselle et du savon noir.
  • Utiliser des lingettes lavables plutôt que des jetables. J'ai fabriqué les miennes à partir de vieux tee-shirts, ça m'a pris, houlà ! au moins deux minutes trente. De même, utiliser une serviette en tissu plutôt que du sopalin lors des repas, et en cas d'accident, plutôt que de faire comme dans la pub et s'émerveiller devant l'étonnante capacité d'absorption du bout de papier qui va se retrouver à la poubelle, utiliser tout simplement une éponge, une serpillère, un torchon ou tout autre article capable d'absorber tout aussi bien, voire mieux, que du papier jetable.
  • Acheter en vrac : selon où tu vis, pas toujours évident... à Paris, il a l'air d'y avoir des boutiques proposant du vrac à tous les coins de rue, mais dans ma cambrousse à moi, il y a une (petite) Biocoop à 15km, qui propose des lentilles, du riz, quelques graines et quelques mélanges de flocons, et c'est tout. C'est toujours ça, mais bon... Et sinon, il faut aller à Rennes, où une épicerie spécialisée dans le vrac s'est installée récemment, mais ça me fait minimum une demi-heure de voiture (si ça roule bien, donc seulement en pleine journée, pile quand je travaille), et surtout beaucoup de stress (je déteste aller en ville, surtout si je dois y conduire ; je préfère les arbres, la boue et les vaches). Évidemment, acheter en vrac n'est intéressant que si tu utilises des contenants réutilisables, tels que de magnifiques sacs en rideaux, cabas, paniers, ou des bocaux (voir ci-dessous).
  • A défaut de pouvoir acheter en vrac, acheter dans des contenants réutilisables ou, au pire, recyclables. Par exemple, j'achète mon jus d'orange dans des bouteilles en verre qui me servent à stocker ma lessive (voir plus haut) et mes aliments en vrac (le goulot est large juste comme il faut, parfait pour le remplissage mais aussi pour verser sans en mettre trop et/ou partout. Merci Tropicana pour ces bouteilles extraordinaires).
  • Abandonner les bouteilles d'eau en plastique et boire l'eau du robinet, quitte à installer un filtre directement sur le robinet ou à utiliser une carafe de type Brita. Si, comme moi, tu as la chance d'avoir un puits mais que tu n'as pas envie de choisir entre brancher ta cuisine sur l'eau du réseau pour pouvoir la boire mais faire ta vaisselle avec de l'eau potable, ou continuer de boire de l'eau en bouteille, il existe des robinets trois voies qui permettent d'avoir une sortie basique eau chaude / eau froide venant du puits et une sortie eau froide en provenance directe de l'eau du réseau. C'est notre découverte du mois et j'attends l'arrivée du mien avec impatience ! Et si tu bois de l'eau en bouteille parce que tu veux qu'elle soit pétillante, saches que l'eau gazeuse participe à l'acidification de l'organisme, ce qui favorise le vieillissement prématuré. Maintenant, fais-en ce que tu veux. ;)
  • Composter ses déchets végétaux : pourquoi mettre ses épluchures à la poubelle, là où elles ne se dégraderont jamais faute de conditions adéquates, et resteront donc des déchets au même titre que le reste ? Certes, facile à dire quand on a un jardin, un peu moins quand on a, au mieux, un balcon. Quand on vit en ville, il y a d'autres solutions possibles, telles que le lombricomposteur sur le balcon pour les très motivés, ou les composteurs collectifs. Je ne peux pas t'en dire plus, je n'ai jamais eu l'occasion ni la nécessité de me pencher sur ces deux sujets, mais j'ai lu quelques très bons articles !

Au bureau

  • Si tu as un minimum de pouvoir là-dessus, tu peux mettre en place un système d'essuyage lavable à la place des bobines d'essuyage jetables, quitte à procéder toi-même au lavage. Évidemment, dans un bâtiment contenant 500 personnes et 20 sanitaires, ça va être compliqué. Mais dans une petite structure, c'est tout à fait faisable, parfois même plus pratique. Par exemple, plutôt que de m'emmerder à trouver des bobines d'essuyage au meilleur prix (parce qu'en plus, ça coûte la peau des miches !), et de vider la corbeille tous les trois jours, j'ai apporté mes propres torchons que je lave toutes les semaines : ça prend à peine plus de place dans la machine à laver et je ne m'embête même pas à les plier : gain de temps et d'argent en prime !
  • De même, pour le café, tu peux remplacer les gobelets en plastique par des tasses. J'ai acheté 6 tasses à 1€ chacune ; avant, nous utilisions des gobelets jetables, qui coûtaient 1,50€ les 100 et qui partaient comme des petits pains (mon cher mari ayant tendance à se servir un café, l'oublier dans un coin de l'atelier ou sur son bureau, s'en servir un autre, l'oublier, etc., ceci une bonne dizaine de fois dans la journée, et devine qui passait son temps à ramasser les gobelets semés un peu partout ?). Bref, même s'il faut laver les tasses, je gagne quand même du temps (et beaucoup de sérénité), et l'investissement sera très vite amorti.
Voilà, ça nous fait en fait 16 idées, mais 15 ça faisait mieux dans mon titre. J'espère que ça t'aura donné de petites idées et convaincu de te lancer, toi qui aimerais, toi aussi, mettre la main à la pâte mais sans trop savoir par où commencer. Commence par ce qui te semble le moins contraignant et tu verras, le reste suivra sans problème ! Et puis si tu as d'autres idées, surtout n'hésites pas à les partager.

Source photos qui ne sont pas de moi : Pixabay / Cliché Mignon

Dernière mise à jour : 04/04/2017

          10 commentaires:

          1. Réponses
            1. Contente que ça te plaise, j'espère que ça t'inspire :) Bonne journée à toi aussi ;)

              Supprimer
          2. En voilà tout un tas de choses possibles !
            Je partage pas mal des trucs que tu donnes, plus par habitude en fait. Je n'achète rien de jetable mis à part les mouchoirs moi aussi, et je suis comme toi, changer cette habitude ne me tente guère. J'ai grandi avec les mouchoirs en tissu proprement repassés...ça ne me dit rien d'y revenir, c'est quand même de jolies nids à microbes que l'on garde sur soi.
            Les cosmétiques et produits d'entretien, je les fais tous depuis longtemps maintenant et si ça améliore la quantité de déchets, ça améliore aussi le budget et la qualité des produits, c'est une habitude à prendre qui est désormais totalement ancrée chez moi.
            Par contre, je bois de l'eau en bouteilles et ne changerai pas du tout cette habitude tant que je vivrais là car l'eau est carrément impropre tant elle est calcaire, l'eau froide stagnant dans le bol des chats forme une croûte en 24 h !!! Les appareils doivent être détartrés au moins 1 fois par moi, alors même pour le café j'utilise l'eau en bouteilles.
            Je ne te parle même pas d'une jolie crise de colique néphrétique survenue avant de passer à l'eau en bouteilles...
            Merci pour cet article on ne peut plus pratique, j'ai retrouvé tes rideaux ;-)
            Bisous Marianne.

            RépondreSupprimer
            Réponses
            1. Oui, il y a une infinité de possibilités ! Je suis déjà en train de penser à une suite à cet article, j'ai encore pensé à plein de choses après avoir fini de le rédiger. J'imagine que beaucoup des choses que j'ai listées semblent évidentes à beaucoup de monde (elle me semblent évidentes à moi aussi, à tel point que j'ai dû vraiment y réfléchir pour lister ce que je fais au quotidien pour réduire mes déchets), mais ça ne l'est pas forcément pour tout le monde, alors si ça peut aider... :)
              Pour ce qui est de l'eau en bouteille, c'est sûr que si l'eau du robinet est de mauvaise qualité au point de créer des calculs, c'est pas la peine. La solution serait un adoucisseur, mais c'est un investissement autre qu'une simple carafe filtrante !
              Après, je dois aussi détartrer ma bouilloire tous les mois alors que j'utilise de l'eau en bouteille (en attendant mon robinet miracle ^^)...

              Pour ce qui est des cosmétiques et produits ménagers maison, je me pose beaucoup de questions quand je vois l'énorme marketing qu'il y a sur ce business. Si on veut vraiment réduire ses déchets en les fabriquant soi-même, il faut beaucoup se méfier des sites qui proposent des recettes (de super recettes au demeurant) avec au moins 10 ingrédients, et jamais les mêmes. Je pense qu'il est important de ne pas oublier que pour faire ses cosmétiques dans un but de réduire ses déchets, il faut faire au maximum avec ce qu'on a déjà dans la cuisine ou dans la salle de bains. Mais ça, ça mériterait un article entier, tien ^^

              Bonne journée Clémentine, bisous !

              Supprimer
          3. Bravo pour cet article qui résume très bien les bases du zéro-déchet (que je développe en détails dans les articles de mon blog)! En ce qui concerne les mouchoirs réutilisables, j'avais les mêmes appréhensions que toi ! Mais ça fait maintenant plus d'un an que j'en utilise et je n'ai jamais eu de problème. Je les rince rapidement sous l'eau s'ils sont vraiment sales. Et après lavage, je leur donne un coup de fer à repasser histoire de les stériliser, c'est top ! Je détaille tout dans mon article (je te mets le lien en dessous) et même comment les faire soi-même ! ;)

            http://consommonssainement.com/2015/11/15/des-mouchoirs-economiques-et-ecologiques-tout-en-couleurs/

            RépondreSupprimer
            Réponses
            1. Oui, pas bête l'astuce du fer à repasser. Si seulement je repassais également le reste de mon linge ! ça doit faire deux ou trois ans que j'ai pas sorti mon fer (hors événements nécessitant une chemise bien repassée, soit une fois par an grand max) et il se trouve très bien où il est ^^
              Mais ce n'est même pas le problème des bactéries qui me pose problème (certes j'aime l'hygiène et la propreté, mais je suis contre l'asepsie totale, quand on voit les ravages que ça fait sur les enfants aujourd'hui, qui sont tout le temps malades... l'exposition aux bactéries, c'est ce qui fait qu'on tombe malades, mais aussi de moins en moins malades ! bref... c'est une autre histoire ^^), mais l'éventuel transfert du contenu des mouchoirs vers les vêtements dans la machine. Même si ça ne se voit pas, et même si ce n'est pas le cas, c'est juste psychologique. Mais le pré-rinçage, ça peut être une bonne solution ^^ Faut que je continue l'autopersuasion, et ça viendra :p

              Supprimer
          4. Super intéressant cet article ! Je me suis procuré le livre de Béa Johnson "Zéro déchet", je ne l'ai pas encore lu mais c'est prévu. Je ne sais pas si j'irai au zéro déchet mais je pense que réduire c'est déjà pas mal et comme tu dis il faut commencer puis ensuite on va un peu plus loin, petit à petit ...
            Si je fais un point rapide par rapport à ce que tu propose :
            - Stop pub sur la boîte aux lettres : OK
            - Dématérialisation des documents et des paiements : OK quand c'est possible
            - Pour l'annuaire papier j'ai testé ton lien mais ils disent qu'ils n'arrivent pas à m'identifier... (j'y reviendrai)
            - J'utilise des cotons-tiges en coton bio et tige papier biodégradables, c'est du déchet mais bon, c'est pas toxique, je n'ai pas l'intention de devenir une ayatollah du zéro déchet...
            - Pas de gel douche mais une savonnette,
            - La cup... Ah ! la cup ! Je l'ai testée mais apparemment, sans vouloir vous importuner avec mon anatomie intime, j'ai un problème musculaire périnéal et il faut que je me re-muscle pour qu'elle tienne mieux (elle a tendance à descendre et c'est donc très inconfortable) mais quand elle est bien en place c'est nickel. Je l'utilise la nuit mais moins la journée parce qu'en bougeant ça va pas, je dois me re-muscler le périnée pour que ça aille mieux (gloup)
            - Les mouchoirs non, je trouve ça dégoutant, je suis désolée mais la morve séchée ça ne part pas à la machine, il faut gratter à la main avant, je me souviens bien de ma mère qui faisait cette opération délicieuse avec les mouchoirs de mon père !!! Donc là c'est niet, le papier est biodégradable, je ne considère pas cela comme un réel problème, on peut acheter des mouchoir en papier non blanchi au chlore et recyclé puis les mettre au compost
            - Fabriquer sa lessive ça je vais tester pas plus tard que bientôt
            - Mouchoirs et serviettes de table, même combat ! Le sopalin ça va bien, il est compostable, même le rouleau vide peut aller au compost
            - Je bois l'eau du robinet filtrée sur Brita (le problème c'est recycler les cartouches Brita, pas facile de trouver des points où elles sont reprises ...)
            - Composter oui bien sûr j'ai un jardin et je recycle tous les déchets verts (j'ai un broyeur c'est super pour faire du paillis pour les plates-bandes ou le potager !)
            - Les tasses pour boire le thé oui parce qu'en plus le thé de la machine... beurk !
            Bon finalement le bilan n'est pas trop mal alors que je n'ai pas encore lu le bouquin de Béa Johnson !!! Je sens que je suis plutôt sur la bonne voie ! Cool !
            Merci Sunny et si tu as d'autres astuces, je prends ! :-)

            RépondreSupprimer
            Réponses
            1. Merci pour ton retour Isabelle, je trouve super intéressant de voir les habitudes et le ressenti des autres par rapport à ça... puis ça permet de réagir et d'en discuter !

              Pour l'annuaire j'ai eu le même problème pour mon adresse perso, ils ne me retrouvent pas, mais on est sur liste rouge, alors j'imagine que c'est à cause de ça. Et quand tu envoies un message à l'assistance, en expliquant bien en détail ton problème, ils te répondent complètement à côté de la plaque avec un message pré-enregistré... La Poste, quoi. Quand j'aurai le temps j'essaierai d'aller directement au guichet. Mais j'ai fait la manip pour notre adresse pro et là je n'ai pas eu le moindre problème. Donc dans la plupart des cas ça doit marcher ;)

              Pour les serviettes de table, je ne trouve pas ça aussi rebutant que les mouchoirs. Et puis le sopalin, même s'il est biodégradable, il est en général vendu dans un sachet plastique pas du tout biodégradable :/
              Mais bon, comme tu le dis, chacun ses objectifs et les gestes que tu fais déjà sont autant de pas vers la bonne direction ! :)

              Les cartouches Brita, c'est clair que c'est la galère pour le recyclage ! Comme j'ai récupéré le mienne de chez ma mère la semaine dernière, j'ai regardé s'il y avait des points de collecte vers chez moi... et donc non, pas du tout. J'ai de plus en plus l'impression que l'argument du recyclage était surtout une stratégie marketing parce que dans les faits, à peine 10% des cartouches doivent être recyclées, faute de possibilités. Pigeonnage, quoi. Je trouve ça dommage...

              Bref, oui, tu es sur la bonne voie : on l'est à partir du moment où on se rend compte qu'il y a des efforts à faire et qu'on en fait sa part. ^^
              Je comptais faire une petite suite à cet article en effet, j'ai quelques autres astuces à partager :) J'espère que tu y trouveras de bonnes idées !

              Supprimer
            2. Rhaa ! Flûte ! J'avais pas pensé aux films plastiques des emballages ! Il existe des "plastiques" dérivés du maïs, ou bien il y a le papier: franchement, ils auraient besoin d'aide dans l'éco-conception des produits les fabricants de mouchoirs et autres sopalin !

              Supprimer
            3. Oui, ça c'est clair ! Mais le plastique, c'est tellement pratique et économique... D'autant que même les "plastiques" oxodégradables ne le sont que dans des conditions bien particulières (chaleur, lumière, oxygène), donc si tu mets ça dans ta poubelle, ou même enfoui sous ton compost, il ne se dégradera de toute façon pas mieux que du bon vieux plastique. C'est pour ça qu'au final, mieux vaut ne pas créer ces déchets ;) Mais bon encore une fois, chacun doit y aller à son rythme, selon ses possibilités et ses envies. Le moindre geste est important :)

              Supprimer