Test

mercredi 8 novembre 2017

La visualisation : quand des images mentales soignent le corps et l'esprit

J'ai découvert la pratique de la visualisation il y a bien des années - bien avant celle de la méditation -, à une époque où je galérais pour m'endormir, et où je finissais par être gagnée par d'affreuses crises d'angoisse et de panique (à base de bruits bizarres dans la maison qui provenaient probablement d'un horrible psychopathe qui était en train de me chercher pour me découper en morceaux... tu vois le genre), et du coup je galérais encore plus pour m'endormir. A l'époque, je rôdais sur pas mal de forums "ésotériques" et, si mes souvenirs sont bons, cette technique m'avait été conseillée au détour d'une conversation sur l'un de ces forums.
J'ai tenté, pas très convaincue mais assez désespérée pour accepter l'éventuelle perte de temps et d'énergie, et j'ai vite senti de réels effets. Et quand je dis vite, je veux dire que dès la première fois, j'ai eu de bons résultats. Il s'agissait simplement de visualiser une sorte d'armure protectrice autour de mon corps, qui empêcherait les mauvaises ondes de m'atteindre et apaiserait ainsi mon sommeil. Cette armure était d'ailleurs si bien conçue qu'elle ne laissait pas sortir mes propres mauvaises ondes et me faisait faire des cauchemars (qui restaient des rêves faits dans le cadre d'un bon sommeil, mais bon, un peu flippants quand même). Il a simplement fallu je j'ajuste mon armure afin qu'elle soit perméable dans un sens et imperméable dans l'autre, et mes nuits sont rapidement devenues de bonnes nuits de sommeil réparateur et suffisamment long, avec des rêves sinon agréables, du moins normaux.
Bref, tout ça pour te montrer à quel point la visualisation est une technique simple, accessible à tout le monde, adaptable à et par chacun, et surtout efficace.

La visualisation : comment ça fonctionne ?

🔅 Créer des images, induire des effets

Je sais, ça ressemble à un truc New Age à base d'auras et de bisounours, mais pas du tout. On peut prouver de manière tout à fait scientifique, ou du moins empirique, à quel point le fait d'évoquer une image dans son esprit peut avoir des effets sur le plan physique et mental.
Prenons un exemple : prends ta pire phobie. Genre, pour beaucoup d'entre nous (y compris moi-même), les araignées. Ferme les yeux, pense à des araignées. De belles grosses araignées bien velues qui te grimpent dessus et remontent vers ton visage. Brrr, j'en ai des frissons et des spasmes rien que de l'écrire. 
Tu n'as aucune phobie (veinard-e !) ? Prends une situation qui te met hors de toi. Un connard sur la route, une personne qui fait vraiment beaucoup de bruit en mangeant à côté de toi, un chasseur qui t'explique qu'il est indispensable à la nature pour la réguler, bref, une situation qui te fait partir au quart de tour. Ne te sens-tu pas un peu tendu, tout à coup ? Les mâchoires qui se serrent, le pouls qui s'accélère, parfois même la sueur qui se met subitement à couler, ou les muscles à trembler... 
Bref, tu peux facilement trouver des images assez fortes pour provoquer des réactions physiques plus ou moins désagréables. Voilà comment fonctionne la visualisation (sauf que, en général, on cherche à générer des réactions positives) : si l'esprit sait que c'est lui qui est en train de créer ces images et de les alimenter, le corps, lui, ne le sait pas, et produit les substances nécessaires à la réaction à des stimuli considérés comme des dangers (stress, peur, colère, etc : production d'adrénaline, notamment) ou, à l'inverse, comme des moments plaisants (endorphines, tout ça).

Tout ça pour dire que, loin d'être basée sur la simple imagination, et pas tout à fait, non plus, une technique de méditation, la visualisation va plus loin car elle implique tous les sens, non seulement les cinq sens physiques, mais aussi les émotions.

🔅 Deux types de visualisation

On peut distinguer deux types de visualisation : la visualisation active et la visualisation réceptive - les deux n'étant pas forcément incompatibles.
La visualisation active implique de choisir une image (ou une scène) bien particulière et de travailler dessus dans un but bien précis. Quand on pratique une visualisation réceptive, on autorise le subconscient à proposer ses propres images et à les suivre pour voir où elles mènent. Cette seconde technique peut être très utile quand il s'agit, par exemple, de comprendre une situation ou une réaction qui nous échappe. Ou simplement pour se connaître un peu mieux et de communiquer avec son subconscient, comme dans le cas de la visualisation de l'animal totem dont je vais te parler plus loin.
On peut choisir l'une ou l'autre méthode selon ses préférences et selon l'objectif du moment, voire mêler les deux.

🔅 Comment pratiquer

Globalement, la visualisation se pratique dans les mêmes conditions que la méditation : de préférence dans un endroit calme et dans une posture confortable, mais elle peut également être pratiquée de manière spontanée et improvisée, par exemple dans une situation d'urgence.

En visualisation, le détail a de l'importance. Quand on crée une image, elle doit être précise. Et quand on en reçoit une, il est important de bien l'étudier, sous toutes les coutures, et d'en retirer le plus de détails possibles.

On peut éventuellement, après coup, mettre ses observations et sensations à l'écrit : ça peut parfois permettre de poser des mots et des pensées sur des choses qui seraient restées trop abstraites et, du coup, inaperçues.

Tout comme la méditation, plus on pratique, plus on se sent à l'aise, et meilleurs sont les résultats. Cependant, même un débutant peut obtenir d'excellents résultats très rapidement, comme je l'ai illustré avec mon propre cas au début de cet ouvrage en 10 tomes article. De plus, plus on travaille sur une image en particulier, plus elle va s'ancrer et avoir d'impact.

🔅 Programmer son cerveau

En effet, un peu comme l'auto-suggestion ou les mantras, plus on va évoquer consciemment une image avec l'aide de la partie gauche se son cerveau (le cerveau "actif", qui régit la pensée raisonnée, la parole, l'écriture), plus cette image va s'ancrer, devenir instinctive et partie intégrante de la partie droite du cerveau, la partie "réceptive" qui régit l'intuition, l'imagination, les sentiments et les émotions. Ainsi, tout comme dans le cadre de l'apprentissage d'un métier (ou de tout autre savoir-faire), la répétition consciente va finir par transformer l'objet de la répétition en un savoir instinctif que l'esprit et le corps vont pouvoir mettre en œuvre "sans y penser", de manière automatique et systématique.

Les bénéfices de la visualisation

La visualisation peut être utilisée dans une large gamme d'objectifs, allant de l'amélioration de la concentration et des capacités de l'esprit à la simple relaxation en passant par le travail sur la confiance en soi, voire une thérapie de l'esprit pour combattre une peur, une addiction ou un mal-être général, ou encore pour soulager le stress.

Parfois, le seul fait de se visualiser dans un lieu ou une situation agréable (une plage déserte, le coin du feu, la forêt, un endroit doux et chaud...) ou avec des personnes qu'on aime (ou même de les visualiser sans se mettre en scène dans ces situations, ça dépend des personnes) suffit à créer cette sensation de bien-être. Un peu comme quand on rêvasse à propos de choses agréables, le cerveau va produire diverses "hormones du bonheur" qui vont provoquer des sensations physiques de joie et de bien-être. Même sans aller plus loin dans la pratique de la visualisation, ce simple bienfait vaut déjà amplement l'investissement !

De même, quand on est confronté à une situation stressante, se visualiser dans cette situation qui se produit dans de bonnes conditions peut aider à l'aborder avec plus de sérénité. Par exemple, si l'on redoute une prise de parole en public, on se visualisera en train de parler avec calme, clarté et confiance devant un public enthousiaste et accueillant. Si l'on persiste à visualiser cette situation ainsi, le cerveau droit va finir par associer la prise de parole en public avec le plaisir, et la peur finira par s'estomper. Ainsi, quand le moment de se présenter réellement devant ce public arrivera, on se sentira généralement plus confiant et bien moins stressé.

Au final, la visualisation revient à utiliser la pensée positive pour aider à maintenir la bonne santé, physique comme mentale.

Cas pratiques

Il n'existe pas de "bonne méthode" ou d'image précise associée à tel problème en visualisation. Si l'on a parfois besoin d'idées ou d'inspiration, la plupart du temps les images et techniques utilisées seront propres à chacun. Par exemple, là où une forêt sera l'une des meilleurs scènes de relaxation pour une personne, une autre personne sera bien plus réceptive à l'image d'une plage déserte. Ça peut même dépendre de l'état d'esprit du moment. Bref, si une visualisation que tu as pourtant suivi à la lettre ne te fait aucun effet, ce n'est pas forcément parce que la visualisation ne marche pas sur toi, mais probablement parce que tu n'as pas visualisé ce qui parle à ton esprit.
Je vais quand même te donner quelques exemples parce que, comme dit un peu plus haut, on a parfois besoin d'un peu d'inspiration, d'un petit coup de pouce pour se lancer.

🔅 Comprendre une sensation ou situation particulière

Cette visualisation est issue du livre cité à la fin de l'article.
S'installer confortablement, au calme, et fermer les yeux.
Se concentrer pendant un moment sur la sensation ou la situation que l'on veut explorer.
Quand on est prêt, demander au subconscient de produire une image qui décrit la sensation ou la situation qu'on essaie de comprendre.
Laisser l'image venir à la surface. Au premier abord, elle aura peut-être l'air de n'avoir rien à voir avec ce qu'on demande. Les symboles de l'esprit sont parfois un peu opaques...
Une fois qu'on a l'image et qu'on l'a étudiée sous toutes ses coutures, "fermer" la visualisation et ouvrir les yeux.
On peut continuer d'analyser et penser à l'image hors visualisation, voire, comme suggéré plus haut, mettre tout ça à l'écrit. La réponse viendra peut-être plus tard, ou lors d'une nouvelle séance de visualisation.

🔅 Trouver le sommeil

S'installer confortablement dans son lit, en bonne position pour dormir.
Souffler un bon coup, se détendre et se vider de toutes les pensées de la journée. Respirer calmement et profondément, se concentrer sur sa respiration.
Visualiser une plage. L'air est doux, il y a une légère brise. L'eau fait de petites vagues et lèche gentiment les pieds. Elle est tiède.
Imaginer que les vagues sont la respiration, qui va d'avant en arrière. Se concentrer sur le mouvement et le murmure des vagues.
Tout est doux, on se sent au chaud et en même temps caressé par l'air libre.
Oublier le corps, ses mouvements, ses douleurs, ses bruits. N'être plus que les vagues, immuables, tranquilles, sereines.

🔅 Trouver son animal totem

D'aucuns me diront peut-être que ce concept d'animal totem est un peu trop ésotérique, voire lié à des systèmes de croyances qui ne sont pas forcément adaptés à tout le monde. Personnellement, je ne suis pas croyante - du moins pas dans le sens religieux du terme. Mais je trouve que la recherche de son animal totem - ou, de manière plus universelle, d'un guide ou d'une entité symbolique, peu importe sa forme ou son appartenance au règne animal, végétal ou même minéral - peut être très révélatrice de sa personnalité et de son moi profond. On peut parfois comprendre beaucoup de choses en découvrant cet animal (ou autre) tapi au fond de soi.
Ce cheminement que je vais te proposer va peut-être te paraître farfelu et bien compliqué, mais c'est celui qui m'est venu le jour où je me suis lancée dans cette visualisation. A toi de trouver ton propre chemin si celui-ci te semble trop tortueux ou, peut-être, pas assez ! ;)

Tu te lèves et te diriges vers la sortie du lieu où tu te trouves (par exemple par une porte ou un portail, pour bien faire la coupure entre votre monde et celui de l’animal totem). Tu pousses cette porte ou ce portail, le refermes bien derrière toi et tu te retrouves sur une grande plage de galets luisants fermée par des falaises rocheuses et sombres. Il fait nuit. Une lune pleine et ronde éclaircit le ciel étoilé, fait scintiller la mer calme et briller les galets.
Respire profondément l’air marin frais et iodé, écoute le murmure de l’eau. Regarde autour de toi et apprécie le superbe spectacle nocturne qui s’offre à toi.
En promenant ton regard sur les falaises, tu remarques au pied de l’une d’elles, juste au bord de l’eau, une lueur dorée. Tu t' approches un peu pour voir ce que c’est, mais tu ne eux rien distinguer. Alors tu marches vers cette lueur et, arrivé au pied de la falaise, tu découvres que cette lueur provient de l’intérieur d’une grotte creusée dans la roche. Tu t'engouffres dedans et vas vers l’origine de cette lueur. Les murs de la grotte semblent être en terre, dorés et friables, alors que les parois des falaises sont grises et dures comme du granite. Cette grotte est vraiment spéciale.
Tu continues ton cheminement à l’intérieur de la grotte. Après une certaine distance parcourue, tu finis par percevoir un bruit. Ilte  semble que c’est le clapotis de l’eau.
Tu ne t'étais pas trompé : quelques minutes plus tard, tu trouves simultanément l’origine de la lueur dorée et la provenance du bruit. Tu viens de déboucher sur une immense cavité dans la grotte. Devant toi, il y a comme un petit lac intérieur empli d’une eau fraîche et vive. Le chemin sur lequel tu tevtrouves se prolonge sur le lac en un petit pont terreux, puis se divise en trois chemins qui mènent chacun vers l’entrée sombre d’une nouvelle petite grotte dans la grotte. Au croisement de ces quatre chemins se dresse une torche, flambant d’un feu réconfortant. Tu t'engages sur le chemin et vas jusqu’à la torche. Tu la prends, et maintenant tu dois choisir quel chemin tu vas emprunter. Écoute ton instinct, tes envies, peut-être les petites voix dans ta tête.
Au fond de la grotte à laquelle le chemin que tu auras choisi te mènera, demeure ton animal totem. C’est lui qui te guidera jusqu’à lui, alors laisse-toi faire.

Cet endroit deviendra par la suite l’antre de ton animal totem, votre lieu de rencontre, de discussion, là où vous ferez peu à peu connaissance. Tu devras y revenir de temps en temps, si ce n’est régulièrement, de la même façon que tu es venu la première fois. Ainsi tu apprendras à connaître ton animal totem, qui a sa propre personnalité, et par la même occasion à te connaître un peu mieux.

🔅 Trouver un "lieu sacré"

Point de directions ici, juste une suggestion : se trouver un "lieu sacré" à visualiser, c'est se trouver un sanctuaire où l'on peut aller se réfugier pour se reposer, se relaxer, voire parfois se réconforter. Ce peut être l'endroit où se trouve notre animal totem. Ce peut être aussi un tout autre endroit. Une grotte, une clairière, une crique, voire même une pièce dans un bâtiment. L'essentiel c'est de s'y sentir bien, de s'y sentir soi.

🔅 Visualiser des couleurs

Les couleurs peuvent avoir de profonds effets sur l'humeur, la vitalité et le bien-être. Par exemple, les jaunes et rouges vont avoir ses effets stimulants et les bleus et verts sont calmants. On peut se visualiser avec une aura passant par toutes les couleurs du spectre, jusqu'à se sentir suffisamment relaxé et requinqué.

En résumé

  • La visualisation est une technique très puissante basée sur la création d'images mentales visant à induire des états d'esprit et réactions physiques particuliers, voire des automatismes. 
  • La visualisation est accessible à tout le monde - vraiment tout le monde ! - et ne demande pas de compétences ou de facilités particulières, même si une pratique régulière peut considérablement augmenter la qualité de ses bienfaits. 
  • La visualisation est tout à fait adaptable à et par la personne qui la pratique. Il n'existe pas de bonne méthode ou de bonne image, seulement la méthode ou l'image qui conviendra à une personne donnée à un moment donné et pour une problématique donnée.

Sources

🔅 🔅 🔅
Sur ce, je t'abandonne une grosse semaine (bon allez, deux, parce que le retour va probablement être un peu difficile...) pour faire un saut au Panama. Je sais, tu crèves de jalousie (et je te comprends). Bien évidemment, je te raconterai tout ça ! En attendant, si tu as envie de voyager un peu, je t'invite à (re)voir les photos que je t'avais ramené de Thaïlande. :)

15 commentaires:

  1. truc de ouf ! je crois que je fais ça depuis que je suis enfant sans même savoir que ça s'appelait comme ça. pour moi la visualisation c'était voir une image rassurante dans son esprit quand on est en panique pour se calmer. mais je ne pensais pas que me réfugier dans "mon monde parallèle" ^^' à chaque endormissement en faisait partie ! lol ! et pareil que toi, barricade et assassin sanguinaire dès que Mig n'est pas à la maison ^^' difficile de se raisonner. très intéressant, j'ai appris pleins de trucs, suis contente :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Mouss, je suis contente d'avoir pu t'apprendre 2-3 trucs ! :)
      On fait souvent de la visualisation sans s'en rendre compte, je pense, mais c'est bien, aussi, de le faire consciemment, comme un vrai travail sur soi et avec soi.
      Bon, je me sens moins seule pour le coup du monstre sanguinaire ! ^^ ça ne m'arrive plus très souvent maintenant, mais c'est vrai que des fois, quand je suis seule... dans cette fichue maison qui craque !! Heureusement, j'ai mon chien-poney qui ferait alarme s'il y avait la moindre mouche qui tentait de m'approcher, ça rassure... ^^ Mais juste un peu parce que comme tu le dis, dans ces cas-là la raison n'est pas là !

      Supprimer
  2. Il est génial ton article ! J'ai découvert la visualisation il y a quelques mois, mais là j'ai vraiment compris en quoi cela consistait. Ce que tu as écrit est clair et complet, merci beaucoup :)
    Le petit soucis que j'ai pour l'instant (mais qui n'en ai pas vraiment un), c'est que, tout pour comme la méditation, j'ai du mal à être régulière et je me laisse distraire assez facilement. A pratiquer encore et encore !

    Une belle journée à toi
    Nastasia

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci à toi Nastasia ! :)
      Pas toujours évident, en effet, de rester concentré... c'est de l'entraînement, puis parfois aussi, il faut savoir choisir son moment ! Perso je sais que si je tente de poser mon esprit pendant la journée, ou même la soirée, bref, tant que je suis en activité, j'ai beaucoup de mal et c'est un gros travail (bénéfique cela dit !), alors que le soir, une fois au lit, les images viennent très facilement ! (le sommeil aussi, certes, mais bon, j'estime que c'est un bon résultat :D)
      Le seul fait d'essayer apporte déjà beaucoup ;)
      Belle journée à toi aussi, bises ! :)

      Supprimer
  3. Bon alors autant le Yoga avec un chouya de méditation, j'ai accroché mais la visualisation, ça fonctionne pas sur moi ! J'ai beau me concentrer, il y a toujours des images pour me parasiter et pourtant je sais que c'est super efficace... Je vais essayer de suivre tes conseils et on en reparle dans quelques temps !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Justement, ces images "parasites" sont peut-être là pour te dire quelque chose ! ;) Tu es peut-être tout simplement plus axée sur la visualisation réceptive. Si au lieu d'essayer de te concentrer et de chasser ces images tu les laissais venir et les encourageais, même, à se déployer pleinement, tu aurais peut-être de super résultats ?
      Bref, je trouve que ça pourrait être une piste intéressante à suivre ;)
      N'hésite surtout pas à venir m'en reparler, ça m'intéresse ! :)
      Des bisous

      Supprimer
  4. Hello Suny,
    Ton article est juste fascinant ! Et je pense essayer car j'ai toujours du mal à méditer.
    Je me rends aussi compte que depuis mon adolescene je pratique la visualisation, ou presque : je me raconte des histoires. C'est un peu stupide comme ça et pourtant ça ma1 toujours aidé à dormir !
    Bise,
    Claire

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Claire !
      Oui moi aussi, avant de pratiquer consciemment la visualisation, je me racontais tous les soirs des histoires pour m'aider à m'endormir - ou du moins pour passer le temps (bon, la plupart du temps, c'était des histoires romantiques mettant en scène mon idole de l'époque, hum... ça n'en était pas moins efficace la plupart du temps ! ^^).
      ça doit dépendre des gens, mais pour ma part, il est bien plus facile et naturel de faire venir des images et de les étudier que de me concentrer sur quelque chose de plus abstrait comme on le fait souvent en méditation. Et puis, au final, c'est une forme de méditation, tout en étant autre chose. Tu ne perdras rien à essayer en tout cas ! :)
      Donne-m'en des nouvelles ! ;)
      Bisous !

      Supprimer
  5. Super article Suny ! La visualisation est un des outils utilisés en sophrologie. Choisir un lieu ressource auquel sont associées les sensations agréables (corporelles et émotionnelles) ressenties lors des pratiques sophrologiques permet ensuite d'apporter un bien-être par la simple évocation mentale de ce lieu ressource. Ce qui est important, c'est de choisir un lieu émotionnellement le plus neutre possible. Par exemple ne pas choisir le lieu où vous aimez vous retrouver avec votre fille parce que le jour où celle-ci quittera le nid pour voler de ses propres ailes, l'évocation de ce lieu pourrait devenir source de tristesse. Le lieu peut être un lieu inventé de toutes pièces ou bien un lieu existant. Il est évident qu'on ne choisira pas une grotte si on est claustrophobe !
    Faudra que j'essaie d'aller à la rencontre de mon animal totem, merci Suny et profite bien de ce voyage :-)
    Bises à toi,
    Isabelle.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Excellente remarque Isabelle ! C'est vrai que, en y pensant, un lieu chargé en émotions peut être "dangereux", et pour ma part, par le plus pur des hasards ou peut-être un peu instinctivement, je n'ai jamais choisi de lieu de ce type dans mes visualisations. La plupart du temps ce sont des lieux complètement inventés, d'ailleurs. Et ce sont souvent des grottes, j'adore ça :D
      Il va vraiment falloir que je me penche un peu plus sur la sophrologie ! ;)
      On peut avoir de belles surprises en découvrant son animal totem (ou guide, ou peu importe comment on a envie de l'appeler), je ne peux que t'encourager à aller à sa rencontre ! :)
      Gros bisous et à bientôt !

      Supprimer
  6. J'utilise également la visualisation dans le reiki... c'est très efficace sur moi ! Merci pour ce billet hyper complet ! je pense que j'avais proposé un défi autour d'un élément de la nature totem (il y a longtemps), et la visualisation de celui-ci (un champ de blé pour moi) était très apaisante... Gros bisous et bon amusement au Panama !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, ça me dit quelque chose, il faut que j'aille le relire ! (décidément, je relis beaucoup ton blog ces derniers temps ^^)
      Ah, le reiki aussi, c'est un sujet que j'aimerais bien étudier un peu. Si seulement les journées, semaines, mois.... nous offraient plus de temps !!
      Gros bisous Cécile et merci ! :)

      Supprimer
    2. Je compte bientôt en reparler :)

      Supprimer
    3. Chouette, j'ai hâte de lire ça ! :)

      Supprimer
  7. Hello Suny :) Encore un super article !! En plus, je me suis rendue compte au fil de l'eau que la visualisation est quelque chose que je pratique au quotidien depuis ma plus tendre enfance (ça fait vieux de dire ça, non ? :P ). Etant également une grande habituée de toutes les fabuleuses joyeusetés que représentent les terreurs nocturnes, les cauchemars, les insomnies et les crises d'angoisse, j'ai sans le vouloir développé des techniques de visualisation pour me calmer et comme tu dis, je crois que c'est chacun sa méthode. Moi ça me vient très naturellement, et je pratique aussi quand je me réveille d'un rêve agréable (et ça marche très souvent: j'arrive à me rendormir et à continuer mon rêve à mon plus grand bonheur :D Le dernier impliquait un basketteur très sexy - m'enfin passons :P ). J'ai beaucoup aimé ta description de la grotte et le concept d'animal rituel m'a complètement fait penser à la saga littéraire du clan de l'Ours (je ne sais pas si tu as lu les bouquins mais j'ai trouvé le premier assez exceptionnel pour l'instant) et je trouve le concept très intéressant. Bon, j'arrête ici mon commentaire en 10 tomes, et te souhaite d'excellentes vacances au Panama dont j'ai hâte de lire le compte rendu ! Des bisous !

    RépondreSupprimer